Le texte argumentatif.

16 juin

1 – Définition.

Le texte argumentatif peut se définir par son intention de communication. Il s’agit de soutenir un point de vue, une thèse et d’agir sur l’opinion du récepteur en suscitant ou en renforçant son adhésion à la thèse soutenue.

 

2 – Reconstitution.

L’implicite est lié au contexte d’énonciation et non à l’énoncé lui-même : un même énoncé peut sensiblement changer de signification en fonction du contexte d’énonciation, c’est-à-dire des rapports sociologiques, hiérarchiques, psychologiques…, qui s’établissent entre l’émetteur et le récepteur. Sans connaissance des relations existant entre les interlocuteurs, nous ne pouvons pas toujours comprendre certaines nuances de sens de l’énoncé. Ainsi, le vouvoiement peut s’interpréter de diverses manières en fonction des liens hiérarchiques entre l’émetteur et le récepteur, des usages culturels d’une époque ou d’un groupe social…

Pour reconstituer l’implicite du contexte énonciatif, vous observerez le paratexte, les marques de l’énonciation, le registre de langue afin de répondre aux questions :

« Qui argumente qui ? »

« Où et quand ? »

« A quel sujet ? »

Lisez attentivement le texte suivant et répondez aux questions :

TOUTES LES RACES D’HOMMES ONT TOUJOURS VECU EN SOCIETE.

Tous les hommes qu’on a découverts dans les pays les plus incultes et les plus affreux vivent en société comme les castors, les fourmis, les abeilles, et autres espèces d’animaux.

On n’a jamais vu de pays où ils vécussent séparés, où le mâle ne se joignît à la femelle que par hasard, et l’abandonnât le moment d’après par dégoût ; où la mère méconnût ses enfants après les avoir élevés ; où l’on vécût famille et sans aucune société. Quelques mauvais plaisants ont abusé de leur esprit jusqu’au point de hasarder le paradoxe étonnant que l’homme est originairement fait pour vivre seul comme un loup cervier, et c’est la société qui a dépravé la nature. Autant vaudrait-il dire que, dans la mer, les harengs sont originairement faits pour nager isolés, et que c’est par un excès de corruption qu’ils passent en troupes de la mer Glaciale sur nos côtes ; qu’anciennement les grues volaient en l’air chacune d’une part, et que par une violation du droit naturel elles ont pris le parti de voyager de compagnie.

Voltaire, article « Homme », Dictionnaire philosophique, 1769.

3 – Structure et organisation.

 

Le texte argumentatif a une structure dynamique. Il développe et argumente la thèse soutenue par l’intermédiaire d’un processus d’argumentation. Ce processus d’argumentation s’opère au moyen d’arguments et/ou d’exemples sélectionnés.

3.1 – Reconnaître la structure du texte argumentatif.

On appelle structure du texte argumentatif un modèle général de fonctionnement valable pour la plupart des textes argumentatifs mais susceptible de variantes.

                                              

                                3.1.1 – Le circuit argumentatif passe par les étapes suivantes.

 

3.1.1.1 – Les prémisses.

Ce sont des assertions posant ce que l’argumentateur considère ou feint de considérer comme admis, vrai, vraisemblable. Il utilise les prémisses au départ de l’argumentation afin d’établir un terrain d’entente avec le récepteur.

La présence de prémisses dans le texte argumentatif est facultative : le texte de Voltaire n’en comporte pas.

3.1.1.2 – La thèse posée.

Il s’agit de la thèse soutenue par l’argumentateur. Elle peut être posée à divers moments de l’argumentation et au besoin reformulée.

Le titre donné par Voltaire à son texte, pose d’emblée la thèse qui sera reprise dans le premier paragraphe.

3.1.1.3 – La thèse refusée ou réfutée.

Il s’agit de la thèse à laquelle s’oppose l’argumentateur, celle qu’il va chercher à réfuter ou à dépasser. L’argumentation fait écho aux deux thèses en présence : la thèse soutenue ET la thèse refusée.

Elle peut être explicitement présente dans le texte. La thèse refusée par Voltaire est attribuée à quelques mauvais plaisants qui soutiennent que l’homme est originairement fait pour vivre seul comme un loup cervier et  [que] c’est la société qui a dépravé la nature.

Lorsqu’elle est seulement implicite, on peut le plus souvent la reconstituer d’après la thèse posée ou en reconstruisant l’implicite d’énonciation.

3.1.1.4 – Les preuves ou arguments.

Tout segment de texte se rapportant directement à l’une ou l’autre des thèses en présence constitue une preuve ou un argument.

Les arguments peuvent être de différents types : scientifique, moral, religieux, philosophique, économique, politique, affectif, logique, ethnologique, culturel, etc.

3.1.1.5 – Les exemples.

Ils peuvent être de deux sortes.

- ce sont des références, des citations, des preuves concrètes qui s’ajoutant à l’argument pour en renforcer la crédibilité, ils sont illustratifs ;

- ils peuvent remplacer un argument.

Voltaire recourt à l’argumentation par l’exemple pour défendre sa thèse (de On n’a jamais vu de paysàet sans aucune société) et critiquer la thèse refusée ( de Autant vaudrait-il dire… à la fin du texte).

L’ordre des arguments ou des exemples n’est ni préétabli ni invariable.

3.2 – Organisation du texte argumentatif.

Maîtriser l’organisation du texte argumentatif, c’est observer et évaluer la signification des marques énonciatives, des outils d’organisation, des marques lexicales et stylistiques.

3.2.1 – Les marques énonciatives.

3.2.1.1 – Les pronoms personnels.

L’argumentateur s’exprime généralement à la première personne « je » ou « nous ») mais aussi avec le « on ». Suivant, le choix des pronoms, l’énonciateur s’implique plus ou moins dans son discours ; aussi, il y associe ou non son lecteur.

3.2.1.2 – Les marques de la subjectivité de l’énonciateur.

Les modalités de phrases dont importantes ; l’argumentateur peut avoir recours à l’interrogation, et à l’exclamation ; les mots peuvent se charger de subjectivité, de connotations ; l’argumentateur exprime des jugements de valeur.

3.2.1.3 – Les modes et les temps.

Le présent d’énonciation, le présent atemporel permet à l’argumentation de se confondre avec la vérité (générale et valable pour tous les temps).

L’impératif (ou le subjonctif permettant de souhaiter et/ou de prescrire.

Le conditionnel posant la condition.

Le subjonctif posant la volonté, le souhait ou le doute.

3.2.1.4 – Les outils d’organisation.                                                                                                          

Ce sont des connecteurs logiques servant à relier les idées entre elles et à organiser logiquement l’argumentation.

3.2.1.5 – Les marques lexicales et stylistiques.

               3.2.1.5.1 – Les champs lexicaux.

Ils sont souvent organisés en fonction de la thèse refusée et de la thèse soutenue.

La thèse posée est au contraire mise en évidence par le champ lexical

3.2.1.5.2 – Les questions rhétoriques (ou fausses questions)

La réponse est contenue dans la question. Celle-ci revient donc à une affirmation.

Les séries de questions permettent à l’argumentateur de faire progresser son argumentation par le biais des réponses qu’il apporte.

4. Analyse d’argumentation.

L’argumentation peut recourir à deux grandes formes argumentatives (que l’on trouve parfois dans un même texte) :

4.1 – l’argumentation par le raisonnement ou l’argumentation par assertions.

L’argumentateur affirme un certain nombre de propositions, feignant de confondre l’argumentation avec la simple information. Cette stratégie consiste à s’effacer derrière les faits de façon à donner l’illusion que la thèse défendue se confond avec la vérité informative.

4.2 – L’argumentation démonstrative.

Le texte argumentatif recourt souvent à une argumentation démonstrative, fondée sur un raisonnement et des opérations logiques sous forme de :

- déduction : relation de conséquence allant du général au particulier.

- d’induction : relation de conséquence allant du particulier au général.

Relation

Connecteurs logiques

Addition

Et, De plus, Puis, En outre, Non seulement… mais encore

Alternative

Ou, Soit… soit, Soit… ou,  Tantôt… tantôt, Ou… ou, Ou bien, Seulement… mais encore, L’un… l’autre, D’un côté… de l’autre

But

Afin que, Pour que, De peur que, En vue de, De façon à ce que

Cause

Car, En effet, Effectivement, Comme, Par, Parce que, Puisque, Attendu que, Vu que, Etant donné que, Grâce à, Par suite de, Eu égard à, En raison de, Du fait que, Dans la mesure où, Sous prétexte que

Conséquence

Donc, Aussi, Partant, Alors, Ainsi, Par conséquent, si bien que, D’où,

En conséquence, Conséquemment, Par suite, C’est pourquoi, De sorte que, En sorte que, De façon que, De manière que, Si bien que, Tant et

Comparaison

Comme, De même que, Ainsi que, Autant que, Aussi… que, Si… que
De la même façon que, Semblablement, Pareillement, Plus que, Moins que, Non moins que, Selon que, Suivant que, Comme si

Concession

Malgré, En dépit de, Quoique, Bien que, Alors que, Quelque soit, Même si, Comme, De même que, Ainsi que, Autant que, Aussi… que, Si… que
De la même façon que, Semblablement, Pareillement, Plus que, Moins que, Non moins que, Selon que, Suivant que, Comme si Ce n’est pas que, Certes, Bien sûr, Évidemment, Il est vrai que, Toutefois

Conclusion

En conclusion, Pour conclure, En guise de conclusion, En somme, Bref, Ainsi, Donc, En résumé, En un mot, Par conséquent, Finalement, Enfin, En définitive

Condition – supposition – hypothèse

Si, Au cas où, A condition que, Pourvu que, A moins que,

En admettant que, Pour peu que, A supposer que, En supposant que, Dans l’hypothèse où, Dans le cas où, Probablement, Sans doute, Apparemment En conclusion, Pour conclure, En guise de conclusion, En somme, Bref, Ainsi, Donc, En résumé, En un mot, Par conséquent, Finalement, Enfin, En définitive

Classification – énumération

D’abord, Tout d’abord, En premier lieu, Premièrement, En deuxième lieu, Deuxièmement, Après, Ensuite, De plus, Quant à, En troisième lieu, Puis, En dernier lieu, Pour conclure, Enfin

Explication

Savoir, A savoir, C’est-à-dire, Soit D’abord, Tout d’abord, En premier lieu, Premièrement, En deuxième lieu
Deuxièmement, Après, Ensuite, De plus, Quant à, En troisième lieu, Puis, En dernier lieu, Pour conclure, Enfin

Illustration

Par exemple, Comme, Ainsi, C’est ainsi que, C’est le cas de, Notamment, Entre autre, En particulier

Justification

Car, C’est-à-dire, En effet, Parce que, Puisque, En sorte que, Ainsi
C’est ainsi que, Non seulement… mais encore, Du fait de

Liaison

Alors, Ainsi, Aussi, D’ailleurs, En fait, En effet, De surcroît, De même, Également, Puis, Ensuite

Opposition

Mais, Cependant, Or, En revanche, Alors que, Pourtant, Par contre, Tandis que, Néanmoins, Au contraire, Pour sa part, D’un autre côté
En dépit de, Malgré, Au lieu de

Restriction – concession

Cependant, Toutefois, Néanmoins, Pourtant, Mis à part, Ne… que,

En dehors de, Hormis, A défaut de, Excepté, Sauf, Uniquement
Simplement

Temps

Quand, Lorsque, Comme, Avant que, Après que, Alors que,

Dès lors que, Tandis que, Depuis que, En même temps que,

Pendant que, Au moment où

About these ads

Une Réponse à “Le texte argumentatif.”

  1. jouhaina 27 octobre 2013 à 14:25 #

    Merci :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: